L'almanachronique du 23 avril

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Bzzz Bzzz Bzzz la blogose !

23 avril 1616 !
ça n'vous dit rien ? Non c'est vrai ?! Vous ne voyez vraiment pas ?
Je me demande parfois si votre inculture ne serait pas intimement lié à votre rang social qui demeure plus que tout très en dessous de la moyenne. Enfin bon !
Heureusement, et vous êtes de plus en plus nombreux présents en ce blog, l'almanachronique étanche quelque peu votre soif d'apprendre et vous éclaire, sans un déballage abscons de connaissances superfétatoires, sur notre histoire universelle avec un grand H, et, plus anecdotiquement, sur le hasche avec une universalité grandement historique.
Ploum Ploum !
Le 23 avril 1616. Ce jour-là, deux grands poètes et dramaturges meurent. Il s'agit, pour le premier, de William Shakespeare, et, pour le second et non des moindres, de Miguel de Cervantès. L'un, Anglais sous Elizabeth I, l'autre, Espagnol sous Philippe II. N'est pas gay celui qu'on croit !
Or, et là est la magie d'internet, j'ai retrouvé sur YouTube un document exceptionnel sur la rencontre des deux auteurs au seuil du Paradis, avant que Saint Pierre ne leur demande leurs papiers respectifs.
Voici un extrait du document :
- Tiens ! Hello Miguel !
- Holà William !
- Alors ?
- La grippe espagnole ! J'te jure ! Et toi ?
- Ben la bouffe anglaise ! What else ?
- Naturalmente ! Pas mal cet endroit, non ?
- Mouais...beaucoup de bruit pour rien !
- Tout de même ! Regarde-moi cette crème fraîche ! Des collines de crème fraîche !
- T'es barge ou quoi ? Ce sont des nuages ! Des nuages !
- Ah Ah ! Pauvre Fair Lord ! Des nuages ! De la crème fraîche oui ! Où est ma cuillère ? Ma cuillère pour un royaume !

- ça y est ! Il nous refait l'coup de Don Quichotte ! T'es vraiment un manchot du cerveau !
- De Lépante ! De Lépante my rosbif well done !
- Tu comptes aller où ?
- En Enfer bien entendu ! Retrouver ma Dulcinée ! Et toi ?
- Ben au Paradis ! Retrouver ma Juliette et goûter encore son arôme hého ! Hmmmm !
- Es el pie !
- Yes ! Tout est bien qui finit bien !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article