L'almanachronique du 19 mai

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Grouik Coin Grouik Coin la blogose !

Ouf ! J'ai échappé à la grippe-andouillette AAAAA ! Duraille la gonzesse ! C'est qu'ce genre de fantaisie infectieuse vous purge le cerveau avec une avidité aigue. C'est à se demander parfois si la morve ainsi excrétée n'est pas avant tout la liquéfaction du cervelet moisi !
A suivre.
Mais parlons du présent. Non pas celui d'Obama qui se demande encore aujourd'hui pourquoi Patricia Kaas ne s'est pas prononcé sur un état palestinien lors de la rencontre OM/Lyon à l'Université Toulouse Le Mirail de Grandange, mais celui de nos petites contrées où l'âme s'terre. A ce jour, mardi 19 mai, je parle essentiellement aux gueux blogos du nord, dans un village radieux du Gers qui s'affiche sous le nom de Saramon, il est un évènement que nul gentilhomme d'ici ne pourrait rater.
Il s'agit de La heiro de la Sen Bitou. Diantre ! Quel curieux langage !
La heiro de la Sen Bitou n'est ni plus ni moins que la foire de Saint-Victor, une manifestation gaie et festive qui honore le Saint Patron de Saramon, Victor le Romain, par le biais d'une procession pétaradante où certains font tonner des fusils ancestraux et où d'autres exécutent, c'est le cas de le dire, l'hymne de la Mandarine. La mandarine gersoise étant plus que réputée. Mais au delà des roulements de tambour et des fusiliers habillés en chipolatas vermeils, la heiro de Sen Beitou propose une célébration hédoniste du magret. De midi à minuit, sans interruption, des kilos et des kilos, pour ne pas dire des tonnes de magrets se grillent la graisse pour le plus grand plaisir des épicuriens graisseux à la glotte réjouie. Hmmmmm ! Je m'en pourlèche les babines par avance. Et pour que vous aussi, certes malheureux de n'être que nordistes et humides, vous profitiez de ce magret exalté, l'almanachronique vous propose une recette découverte de ce filet gras d'oie, le plus souvent de canard: "Le magret à l'Armagnac"
D'une simplicité déconcertante, le magret de canard à l'Armagnac se prépare comme suit :
- Prendre un magret et le faire cuire et roussir dans une sauteuse. D'abord par le côté gras, puis par le côté viande. Eliminer le gras de cuisson et ajouter une noix de beurre. Faire revenir de délicates échalottes et déglacer avec l'Armagnac. Flamber le tout et ajouter gaiement un demi-litre de vin rouge. Faire réduire doucement et délayer avec un peu de crème fraîche. Saler, poivrer. Giroller si le temps le permet !
Alors ? Hein ? T'as l'bonjour de Victor mon blogo chéri !
C'est moi qui régale !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article