L'almanachronique du 18 septembre

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Hips Burp Bougnat la blogose !

Faut-il tout montrer ? C'est la question brûlante de la semaine. Faut-il tout montrer ? Une question qui divise les journalistes et le milieu politique, très phosphorescent en ce moment.
La rubrique ZAPNET des différents journaux en ligne ne cesse d'enregistrer un succès considérable chez les mateurs matés, et suscite bon nombre de polémiques-mac.
Rappelez-vous ! Hortefeux et les bougnats, Besson et son doigt magique, Devedjian et une salope scrupuleuse, et le désormais proverbial " Casse-toi pauv'con ! " de Mister Nabot !
Oui, faut-il tout montrer ?
J'ai connu une aristo anglaise de Creuse, sylphide et mytho de bon aloi, qui me disait : " Rien ne vaut pour les vacances les vieilles maisons de campagne dissimulées dans les jardins, en haut des monts, et presque enfouies sous les feuillages." Elle avait raison. Ne serait-ce que pour la confidentialité de nos cinq-à-sept frénétiques, mais aussi, pour cette subtile et agréable impression furtive d'une solitude partagée, en catimini, secrètement réservée. Le doux plaisir de l'incognito. Et puis, j'étais le seul à pouvoir apprécier à sa juste valeur sa sphéricité fessière. Je m'en serais ému, et probablement offensé, de partager ce plaisir lascif avec pas moins d'un million de fureteurs, connectés vingt-quatre heures sur vingt-quatre au trou abyssal d'une serrure mondialisée à outrance.
Heureusement, les vieilles maisons de campagne dissimulées dans les jardins gardent leur secret. Il n'en va pas de même pour les lieux publics où l'on sj'ette des p'tits "Je t'aime" pathétiques à la face du monde. Car le lieu public est, par définition, reconnu d'utilité publique. L'homme découvre alors qu'il n'est pas tout seul. Sa quête d'immortalité y est active, réhabilitée et significative.
Et autant il est gênant pour une aristo convexe d'être regardée par des chèvres auvergnates du haut d'un coteau au moment où elle va recevoir ce qu'il y a de plus respectable chez moi, autant un homme politique dans un lieu public ne peut s'étonner d'être observé sur ce qu'il pense de la rusticité de la dite chèvre auvergnate. Il en va ainsi de l'information.
Car certains pourfendeurs de l'Internet se disent choqués par le tout-image compulsif de notre société connectée. Certes, la sphère privée est chose précieuse. Mais est-il dangeureux et nuisible pour autant d'exposer, si la chose est publique, le racisme latent d'un neuilléen neuneu, la suffisance d'un identitaire national et l'inexorable crétinisme de notre moraliste farfadet ?
On voit par là combien le débat est important.
Faut-il tout montrer ?
Sophocle disait, oui ça fait smart de citer un grec pour un hétéro invétéré, Sophocle disait donc : " C'est le temps qui révèle l'homme juste, un seul jour dévoile le perfide. "
De nos jours le perfide est boeuf.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article