L'almanachronique du 5 octobre

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Ayayaïïïï carambaaa la blogose !

Joyeux neutrons, heureuses molécules, réjouissez-vous ! C'est la semaine des prix Nobel !
Le mois d'octobre, au-delà des flamboyantes aubes turgescentes, offre le spectacle merveilleux d'un monde expectatif, suspendu aux lèvres des stockholmois et des osloïtes.
Le prix Nobel étant, je le rappelle aux étudiants qui n'auraient pas eu la chance d'être rémunéré pour être moins cons, une récompense annuelle de portée internationale, et dont les prix sont décernés à des personnes "ayant apporté le plus grand bénéfice à l'humanité." Dixit Alfred Nobel, l'inventeur de la dynamite. Oups !
Des prix Nobel qui ont vu en 1969, ça n's'invente pas !, la création du prix Nobel d'économie, avec des nobélisés exquis du genre Milton Friedman ou Merton Miller, de savoureux philanthropes de l'école de Chicago.
L'almanachronique, dans sa grandeur d'âme et en avant-première, vous dévoile les prix Nobel 2009 :
- Prix Nobel de médecine : décerné à Roselyne Bachelot dans sa lutte ardente et infaillible contre la grippe A, dite H1N1, et dont les dépenses colossales en matière de masques en papier et de solutions hydroalcooliques, nom pharmaceutique de l'eau, ont permis de surmonter la crise pour Pfizer et Sanofi, créateurs de besoins sanitaires inutiles.
- Prix Nobel de physique : décerné à Nicolas Sarkozy pour ses contributions à la physique théorique, spécialement pour sa découverte de l'effet Vagal sur les cerveaux des Français, qui s'amenuisent terriblement et ce d'une façon irrévocable.
- Prix Nobel de chimie : décerné à Hervé This pour sa daube azotée à la gomme de guar, cuisinée au radium, lui-même mélangé à du béryllium bio de chez Aréva. 
- Prix Nobel de littérature : décerné à Valéry Giscard d'Estaing pour la totalité de son oeuvre avec une injonction inébranlable de s'arrêter à ses deux premiers livres.
- Prix Nobel de la paix : décerné à Mahmoud Ahmadinejad qui pour le moment parle plus qu'il n'agit, et pour sa non-découverte de la bombe nucléaire qui pacifie drôlement une région peu hostile.
- Prix Nobel d'économie : décerné à l'ensemble des économistes, Elie Cohen et Jacques Marseille en tête, qui nous ont bien fait rire en 2009, et, espérons-le, continuerons à égayer les longues soirées d'hiver des familles de France Télécom, reconstituées, mais pas trop.

Publié dans Chroniques

Commenter cet article