L'almanachronique du 1er décembre

Publié le par blancafort

Hello les blogos ! Gingle belle blogose !

- Décembre si t'es un homme !
- Mars ! Attaque !
- Wif Wif !
Aaah décembre ! Le mois de l'hiver, des froidures mélancoliques, de la giroflée et des caleçons molletonnés en poil d'âcre hylique. Ce mois est appelé de ce nom, parce qu'il était le dixième après celui de Mars, qui était le premier de l'année de Romulus, lui-même le deuxième du sixième du mois d'Auguste qui était, dit-on, l'amant de Vesta, la déesse du feu au cul. Ayayaïe caramba ! 
C'est en décembre que les Romains célébraient des fêtes en l'honneur de Saturne, bien connues des épicuriens sous le nom de Saturnales.
Les Saturnales furent établies à Rome, l'an 257 de sa fondation. Comme bon nombre de festivités romaines, celles-ci étaient surtout l'occasion de se bourrer la gueule, de bâfrer comme un cochon et de gnougnouter la corolle des badernes callipygiennes. Car indépendamment des cérémonies religieuses qui en étaient, hypocritement, l'élément essentiel, les fêtes présentaient un caractère tout particulier de gaieté et de licence.
Durant trois jours, Caligula essaya vainement de rajouter un jour de plus dans la débauche ( mais peut-on reprocher au diable de diabloter ?), durant trois jours donc, les tribunaux étaient fermés, les écoles vaquaient, les politiciens fermaient leur gueule. Heureux temps ! En ces jours, les esclaves, fainéants par nature, coiffés du pileus, étaient dispensés de leurs travaux ordinaires. Ils étaient avec leurs maîtres sur le même pied d'égalité, et certains les servaient de leurs propres mains durant les nombreux banquets. Comme quoi, avec un peu d'effort, les enculés peuvent très bien être cordiaux, voire socialistes.
C'est alors qu'on courait les rues avec des cris joyeux ( lo suturnalia ), un jambon à la main et une amphore admirablement évasée de son corps de jaja juvénil dans l'autre. Et hop ! Fête et luxure à tous les étages.
Mais ce qui dénote d'un grand sens du machiavélisme à la romaine, c'est qu'il n'était permis d'entreprendre, en cette période, aucune guerre, ni d'exécuter un criminel, ni d'exercer d'autre art que celui de la cuisine. A la rigueur, il était permis, tout de même, de papouiller sa femme. Je parle exclusivement pour les plus cons d'entre eux.
Alors que n'attendez-vous pour célébrer dignement décembre ? Hein ?
Vive les Saturnales ! Vive Rome ! Vive décembre !

Publié dans Chroniques

Commenter cet article